Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil du site > Dans les régions > Aquitaine > Aquitaine : le Snetap-FSU rencontre (...)

Enregistrer au format PDF

Aquitaine : le Snetap-FSU rencontre la DGER à Blanquefort

vendredi 19 juin 2015

Enregistrer au format PDF
< Retour à la carte des régions

Le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire régional a été reçu en audience par Madame RIOU CANALS – Directrice Général de l’Enseignement et de la Recherche - le vendredi 12 juin 2015 à Blanquefort.

Le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire Aquitaine a profité du déplacement de Mme la Directrice Générale de l’Enseignement et de la Recherche, au lycée agricole de Blanquefort, pour lui demander une audience.
Nous avons donc été reçus par Madame RIOU CANALS le vendredi 12 juin. Monsieur PROJETTI, Directeur Régional était également présent.

La délégation Snetap-FSU était composée de Yolaine ROUAULT, Laurence DAUTRAIX, Rémi PHILTON et Olivier BLEUNVEN.

Compte tenu du temps très court accordé, la délégation du Snetap-FSU a choisi d’aborder les 3 points d’actualité régionale les plus importants :

  • la question des langues et plus particulièrement de l’espagnol en Aquitaine,
  • la question des structures et de la carte des formations 2015 - 2016,
  • la question du poste d’animateur du réseau ESC ESC Éducation socio culturelle ( éducation socio-culturelle).

1 – Les Langues vivantes en Aquitaine

Le Snetap-FSU a dénoncé la situation des langues vivantes en Aquitaine et présenté en exemple la situation de plusieurs établissements (Tonneins, Oloron, Orthez, Sabres, ...). Il a fait part des retours alarmés de collègues après l’annonce par le SRFD SRFD Services Régionaux de la Formation et du Développement de ne pas maintenir l’espagnol dans les lycées professionnels.
Les conséquences de la politique du SRFD sont doubles. Elles concernent d’abord les élèves et les familles qui n’ont plus le choix d’une deuxième LV LV Langue Vivante alors que la proximité de la frontière espagnole fait que beaucoup d’élèves sont hispanisants (exemple du lycée de Tonneins où le pourcentage d’élèves qui font le choix de cette langue est de près de 50 %). Les autres conséquences concernent les personnels et la disparition de postes.

Mme la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche s’est dite très attachée à l’apprentissage des langues vivantes : "c’est une discrimination sociale quand on n’étudie pas au moins 2 langues. Dans une région frontalière, il n’est pas question de supprimer l’espagnol". Après ces propos qui se voulaient rassurants, le Directeur Régional a précisé qu’il n’a jamais été question de faire disparaître l’espagnol des LPA LPA Lycée Professionnel Agricole , que de tels propos n’avaient jamais été tenus. Mais en même temps il précisait qu’il ne pouvait le donner à tous !
Ils nous a enfin garanti que pour au moins trois établissements des solutions étaient trouvées ou en cours. La situation semble réglée à Oloron et Tonneins. Le cas de Mugron continue d’être traité "des solutions seront trouvées".

Le SNETAP FSU entend les réponses de l’administration mais demande que les solutions envisagées soient pérennes et profitent réellement aux élèves. Par exemple la solution du CNED (formation à distance) n’est pas la bonne.
Il vérifiera rapidement auprès des collègues la réalité des solutions annoncées.

2 – La carte des formations

Le Snetap-FSU dénonce le fait qu’une fois de plus, aucune ouverture dans
l’enseignement public n’est prévue à la rentrée 2015 et qu’une fois de plus, les seules ouvertures sont dans l’enseignement privé. Il déplore aussi la politique des seuils (ou plancher) d’effectifs qui fragilise les filières a fortiori dans les petits établissements.
Enfin, il dénonce vigoureusement l’ouverture par apprentissage d’un BTS BTS Brevet de technicien supérieur ACSE dans une MFR à Mont dans le 64. Cette ouverture actée par le Conseil Régional n’a fait l’objet d’aucune concertation. Elle risque de fragiliser les EPL EPL Établissement Public Local de Pau et de Dax qui dispensent cette formation. Il précise que le Snetap-FSU a demandé une audience au Conseil Régional sur cette question.

Mme la DGER se dit préoccupée avant tout par les ouvertures de formations
supérieures dans les MFR, elle estime qu’elles n’ont ni la taille critique ni le contexte pédagogique pour de telles ouvertures. Elle semble regretter que ces décisions soient prises sans l’avis de la DGER.
M. le DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt précise que ce point sera à l’ordre du jour du CREA de fin juin 2015.

Sur cette question le Snetap-FSU demande que les prochains exercices structures donnent la priorité à l’Enseignement public.

3 – Éducation artistique et culturelle en Aquitaine

Le Snetap-FSU rappelle le contexte dans lequel s’est ré-ouvert le poste d’animateur du réseau d’actions et d’animations culturelles en Aquitaine.
Le maintien de ce poste grâce au combat des collègues et du Snetap-FSU est une bonne nouvelle, car l’annonce de sa suppression dans la période post attentats de janvier où l ’importance de l’ESC a été mise en avant, était inacceptable.
Pour autant le Snetap-FSU rappelle que la mission ESC est une mission à temps plein et rappelle le travail réalisé par Martine HAUTIER sur ce poste. En effet il craint que la fiche de poste accompagnant sa création intègre d’autres missions que l’éducation artistique et culturelle, notamment des missions purement administratives. Sur ce point, le Directeur Régional a déclaré "qu’il faut faire la différence entre la mission qui est fondamentale et l’intendance. Faites nous confiance" et précise que les candidatures reçues sont intéressantes.

Le Snetap-FSU restera vigilant dans les mois à venir sur les conditions de mise en oeuvre de cette mission au sein de la DRAAF.

A Blanquefort le 12 juin 2015