Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > L’essentiel du CNEA du 08 décembre 2016

L’essentiel du CNEA du 08 décembre 2016

mardi 13 décembre 2016

Le jeudi 08 décembre 2016, le Comité National de l’Enseignement Agricole avait pour point principal à l’ordre du jour les projets de référentiels des Bac Pro CGEA et CGEVV et le projet d’arrêté de création du BP REA.
Parmi les autres points à l’ordre du jour, le CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole a notamment travaillé sur le nouveau programme d’histoire géo en 3ème Pro.

Projets d’arrêtés de référentiels et de grilles horaires des Bac Pro CGEA et CGEVV

A l’issue d’un avis général sur ces projets de référentiels, le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire a surtout porté ses critiques sur la modification de l’épreuve E5 du Bac Pro CGEA et pour cela a déposé auprès du Directeur Général plus de 500 signatures.

Pour le Snetap-FSU, il s’agit de l’aboutissement du travail initié il y a deux ans par le projet agro-écologique de Stéphane LE FOLL. En fin de mandature, ces textes sont une forme de bilan du travail voulu par le ministre sur la traduction du "produire autrement" dans les formations.

De plus ces textes ne peuvent être regardés sans avoir à l’esprit la RVP RVP Rénovation de la voie professionnelle et le manque de temps de formation. Le refus de la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche d’y réfléchir aboutit sans doute au résultat présenté aujourd’hui.

Il souligne et regrette à nouveau un manque de cohérence de l’ensemble de la réforme faute d’avoir pris le temps de réfléchir à ce que devait être l’introduction du produire autrement dans les programmes.

L’ancien CGEA est divisé en deux diplômes :
* Bac Pro Conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole (CGEVV)
* Bac Pro Conduite et Gestion de l’entreprise Agricole (CGEA) ce dernier est élaboré avec deux supports (support Grandes cultures et support polyculture élevage)
Le Snetap-FSU s’était prononcé en faveur de cette distinction entre CGEA et CGEVV en raison des spécificités de la filière, comme il s’était prononcé pour une revalorisation de l’agronomie. Il a également défendu l’affichage clair que l’agriculture et la viticulture ne sont pas seulement victimes du changement climatique mais qu’elles ont également un rôle dans ce changement.

Encore une fois le Snetap-FSU a dénoncé le manque de courage de l’administration sur la question du secourisme car la DGER abandonne cette formation à la seule autonomie des établissements.

Sur la modification des épreuves professionnelles E5 et E6, le Snetap-FSU dénonce principalement le passage d’un écrit à un oral pour l’épreuve terminale E5. Cette modification porte le risque d’une sous évaluation des connaissances fondamentales et de leur complexité, pourtant indispensables pour l’exercice du métier et la poursuite d’études. Pour le Snetap-FSU, cette épreuve orale proposée par la DGER a pour principal objectif la réduction du taux d’échec du Bac pro CGEA et non d’améliorer son contenu.
Enfin cette décision paraît encore plus décalée avec le choix de maintenir une épreuve E5 écrite en CGEVV.

Malgré les 500 signatures et les interventions des membres du CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole rejetant le projet ou tout au moins émettant de sérieux doutes sur la pertinence d’une telle modification, la DGER et l’Inspection de l’Enseignement Agricole ont ignoré ces différents avis.

Une seule organisation syndicale de l’Enseignement Agricole (le Sgen CFDT CFDT Confédération française et démocratique du travail ) aura apporté son soutien par son vote au déni de la parole des enseignant-e-s. Car toutes les autres organisations du Public ou du Privé ont voté contre le projet ou se sont abstenues.

Projet d’arrêté BP REA

Si dans les deux référentiels précédents le Snetap-FSU a pu y voir quelques avancées positives concernant l’agro-écologie, il n’en voit aucunes dans le référentiel de ce BP REA et s’interroge sur l’objectif réel de cette réécriture.

Le Snetap-FSU dénonce l’absence de ligne forte donnant à ce texte un objectif pour la formation au produire autrement. Pas une fois dans la liste de ces capacités ne sont utilisés les termes de durabilité, de produire autrement ou d’agro-écologie. De la même façon et alors que les futurs diplômés deviendront certainement des employeurs il n’y a pas un mot sur les questions sociales et nous rappelons également font partis du diagnostic agro-écologique d’une exploitation.

Projet d’arrêté modifiant le programme d’histoire géo en 3ème Pro EA

Alors que le programme des 4ème / 3ème vient à peine d’être mis en œuvre le Snetap-FSU dénonce une modification du programme qui intervient en plein milieu d’année. C’est un manque de respect et de reconnaissance du travail ds enseignants.

Sur le fond, le Snetap-FSU s’interroge sur un "roman national" qui serait déjà mis à l’œuvre.
Il dénonce dans ce programme l’absence de la montée du fascisme, du nazisme, de la décolonisation, de la guerre froide ou des relations internationales depuis 1945 qui limite la compréhension du monde d’aujourd’hui et notamment le projet européen.
Il regrette également l’absence de la décolonisation qui pourtant permet d’aborder la Guerre d’Algérie et de comprendre plus largement les conflits du Moyen Orient ou encore la place des pays sous-développés.
Et ce n’est pas une simple application du texte de l’EN EN Éducation nationale comme voudrait s’en défendre la DGER.

Retrouvez ci-dessous le compte rendu complet du CNEA du 8 décembre 2016