Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil du site > Dans les régions > > Lorraine : actions pour l’Enseignement

Enregistrer au format PDF

Lorraine : actions pour l’Enseignement Agricole

vendredi 17 octobre 2014

Enregistrer au format PDF
< Retour à la carte des régions

Pour la Lorraine, la semaine de mobilisation initiée par le SNETAP s’est déclinée par :

DECLARATION FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire LORRAINE.

Conseil Académique de l’Education Nationale du 3 octobre 2014.

L’ordre du jour de ce conseil académique interroge : rien sur les conditions de la rentrée 2014 en Lorraine avec en particulier dans les écoles la généralisation des nouveaux rythmes, rien sur les chantiers en cours ou à venir aux niveaux académique et ministériel tels que les conditions du retour de la formation pour les collègues stagiaires, les perspectives pour la nouvelle carte de l’Education Prioritaire ou la consultation sur les programmes et le socle dans les écoles et les collèges alors qu’il aurait pu en être l’opportunité.

Rien encore sur les élections professionnelles ou de nombreuses interrogations sur l’accès aux messageries professionnelles demeurent et notamment pour les collègues affectés dans le supérieur.
Les points abordés certes d’un grand intérêt sont de plus des points d’information.

Où et quand est-il prévu de débattre sérieusement de la stratégie et des orientations de la politique éducative en Lorraine ?

Où et quand est-il prévu de débattre sérieusement des évolutions de notre système éducatif : rythmes, socle, formation des maîtres ?

Où et quand est-il prévu de débattre sérieusement de la réussite des élèves lorsque les effectifs par classe sont si élevés ?

Où et quand est-il prévu de débattre sérieusement de la lutte contre l’échec scolaire et les sorties sans qualification ?

Où et quand est-il prévu de débattre sérieusement des évolutions du réseau des lycées pour la rentrée 2015 ?

…. et construire les réponses adaptées, chacun dans son rôle et ses responsabilités.

Le CAEN devrait en être le lieu de débats pourtant.

La FSU Lorraine y est prête, forte de son projet et de son engagement pour construire une Ecole de la réussite pour tous.

Or que constate-t-on ?

Les traductions concrètes de la refondation de l’Ecole de la République tardent ou ne sont pas observées dans notre Académie, toujours victime de retraits d’emplois.

Dans les écoles, les dispositifs nouveaux « scolarisation des 2/3 ans » et « plus de maîtres que de classe » ne concernent toujours qu’un nombre trop restreint d’écoles avec des moyens insuffisants.

Les postes à compléments de service, la difficulté de remplaçants disponibles dès la rentrée et l’augmentation du nombre d’heures supplémentaires à absorber mettent une pression toujours plus forte sur les enseignants dans les collèges et les lycées.

Depuis plusieurs années les enseignants ne voient pas leurs conditions de travail s’améliorer : temps et charge de travail toujours plus lourds, nombre d’élèves toujours plus important, absence de formation continue, pression hiérarchique plus forte.

Au sein de l’Enseignement agricole public, la FSU s’inquiète des évolutions actuelles concernant la gestion des CFA CFA Centre de Formation d’Apprentis et CFPPA CFPPA Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole
(formation continue pour adultes)
.

Sous prétexte d’alléger les budgets de ces centres, l’Etat se désengage en négociant le « départ volontaire » des quelques fonctionnaires restants, dégradant ainsi le service public de formation par apprentissage et continue.

Le pilotage des CFA et CFPPA est perturbé par cette réorganisation, entraînant dans son sillon la gestion globale des EPL EPL Établissement Public Local , et créant de la précarité au sein des personnels.

Ce sont les usagers apprentis et adultes en formation continue qui, les premiers, subiront les conséquences de ces choix.

La principale ambition de la FSU, dans ce domaine, est que l’ensemble des jeunes et des adultes bénéficie d’une formation et d’un emploi les plus émancipateurs possibles.

Au prétexte que le contexte social imposerait une urgence, la FSU ne souhaite pas sacrifier ses choix et ses ambitions.

Ainsi, la FSU soutiendra l’action décidée par le SNETAP-FSU qui appelle à dénoncer publiquement ces nombreux dysfonctionnements, qui s’ajoutent à ceux encore observés dans les lycées agricoles.

La FSU Lorraine porte et portera avec les personnels l’exigence de qualité, tant pour les conditions d’études des élèves que pour la qualification et les conditions de travail des personnels.