Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Métiers > CPE AE-SH > Mission enseignement scolaire du Sénat : extrait du rapport de la commission (...)

Mission enseignement scolaire du Sénat : extrait du rapport de la commission des finances

dimanche 12 juillet 2015

Enregistrer au format PDF

Extrait du rapport de la commission des finances du Sénat concernant les crédits de la mission enseignement scolaire (p.218)

« Concernant les assistants d’éducation (AE AE Assistant d’éducation
ou
Autorisation d’engagement
), votre rapporteur spécial
ne peut que déplorer que l’écart de rémunération constaté entre les AE
employés par l’éducation nationale et ceux employés au sein de
l’enseignement technique agricole n’ait toujours pas été résorbé.

À l’éducation nationale, le budget réservé à un AE est de 26 598 euros par an
contre 23 109 dans l’enseignement agricole, le complément étant pris sur les
budgets des établissements, ce qui ne leur permet pas toujours de rémunérer
les AE sur 12 mois ou peut les conduire à minorer le nombre d’AE ce qui 
n’est pas sans poser des problèmes d’encadrement et de sécurité dans les 
établissements concernés »

  • 218 - LOI DE RÈGLEMENT ET D’APPROBATION DES COMPTES DE L’ANNÉE 2014

Enfin, votre rapporteur spécial souhaite faire part de sa vive préoccupation quant aux effets de la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans, dans les filières professionnelle et technique agricole, au regard des résultats dégradés enregistrés au niveau du bac pro en trois ans et des difficultés rencontrées pour assurer aux élèves une réelle poursuite d’études, deux objectifs que s’était pourtant fixée cette réforme.

Il plaide donc à nouveau pour que soit rapidement aménagé, en parallèle, un parcours en quatre ans, par le biais par exemple de « classe spécifique » au sein du système éducatif.

Ce type de classe a d’ailleurs été expérimenté depuis 2009 par l’équipe éducative du lycée agricole public de Tours Fondettes, à Fondettes en Indre-et-Loire.

Votre rapporteur spécial appelle donc de ses voeux le maintien de ce dispositif et son déploiement et invite donc le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt à revenir sur sa décision de mettre fin à ce dispositif à la rentrée 2016, alors même que d’autres établissements agricoles publics avaient présenté des projets à la direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche ) pour créer ce type de classe de re-médiation en faveur de la réussite des élèves.