Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Communiqués > Après la mobilisation de juin, les personnels attendent une réaction de leur (...)

Après la mobilisation de juin, les personnels attendent une réaction de leur ministre de tutelle !

mercredi 8 juillet 2015

Enregistrer au format PDF

Le 30 juin 2015, le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire , le Snerma-FO FO Force ouvrière , le Syac-CGT CGT Confédération générale du travail et Sud Rural Équipement avec le Comité de Défense et de Développement de l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
avaient décidé d’une journée de mobilisation pour la défense de l’Enseignement agricole Public.

La mobilisation du 30 juin en images

A Arras (62), Laval (53) et Ondes (31), l’intersyndicale de l’Enseignement agricole public appelait les personnels à se mobiliser pour dénoncer la casse du service public et le manque de moyens pour l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
. En pleine période d’examens et de préparation de la rentrée 2015, plus de 200 personnes ont répondu à cet appel.

Pour le Nord de la France, c’est à Arras qu’une cinquantaine de personnes, dont des représentants venus de Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Île-de-France Lorraine et Picardie, se sont retrouvées devant du lycée de Tilloy les Mofflaines où se réunissait le Conseil d’Administration (CA) de l’EPL EPL Établissement Public Local et où les seuils d’effectifs imposés par le Ministère empêchent de répondre aux demandes des familles.

En début de matinée une délégation s’est exprimée devant le Conseil d’Administration de l’établissement et a débattu avec les administrateurs autour de 3 motions sur les valeurs de la République, sur la demande d’une classe spécifique « voie pro » à Radinghem et sur la limitation des effectifs.

Le CA a validé les trois motions qui seront envoyées au DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt et à la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche .

L’après-midi, après un temps d’échange entre les manifestants, la mobilisation s’est poursuivie par deux rencontres avec le Conseil régional d’une part puis avec le SRFD SRFD Services Régionaux de la Formation et du Développement .

Pour le Grand Ouest, c’est à Laval qu’environ soixante-dix de manifestant-e-s, dont des collègues de Basse-Normandie, de Bretagne, du Centre et d’Île-de-France, s’était donnée rendez-vous, là où les équipes pédagogiques se voient refuser depuis plusieurs années un projet de classe spécifique qui devait permettre aux élèves scolairement les plus faibles de réussir dans la voie professionnelle.

L’action a débuté par un débat avec des membres du Comité national de défense de l’EAP : Brigitte Gonthier Maurin, sénatrice, Xavier Compain, secrétaire national PCF, des élus régionaux (Michel Perrier EELV, Véronique Mahé PCF) ) et les personnels qui ont pu témoigner des difficultés de l’Enseignement Agricole Public à accueillir tous les élèves et du renoncement du Ministère de l’Agriculture à engager une vraie dynamique de lutte contre l’échec scolaire.

Après une rencontre avec la DRAAF et le Chef du SRFD, l’intersyndicale à rencontré plusieurs attachés parlementaires (PS, UDI, LR) à Laval et Château Gontier, avant de tracer en AG des perspectives de rentrée pour amplifier l’action engagée.

Pour le Sud, une centaine de personnes, dont des personnels d’Aquitaine et du Languedoc-Roussillon, du Limousin et de Poitou-Charentes, s’est rassemblée dans la matinée devant les nouveaux bâtiments de la Maison Familiale Rurale d’Escatalens. Cet établissement privé a obtenu le financement de la quasi-totalité des travaux par les collectivités publiques (à hauteur de 6 M d’¤).
Après un déjeuner convivial, les manifestant-e-s se sont ensuite rendus au lycée agricole public de Ondes pour une visite et une « non-inauguration » des ateliers de l’établissement. En effet, en opposition avec la MFR d’Escatalens, ce pôle régional public de l’agro-équipement et du machinisme peine à obtenir l’investissement nécessaire pour rénover les ateliers.

Chacun a ainsi pu mesurer l’engagement des personnels de l’établissement qui, malgré des moyens insuffisants, déploient de gros efforts pour maintenir la qualité des formations.

Au travers de ces 3 actions parallèles, l’expression des personnels, des responsables et des élu-es a illustré tout au long de cette journée les besoins de l’Enseignement agricole public pour répondre aux attentes des familles et des professionnels.
L’Enseignement public a aujourd’hui besoin de moyens de fonctionnement mais aussi d’investissements.

Il est également ressorti des débats la nécessité de faire de la voie professionnelle et de son échec un sujet majeur de débat pour la prochaine année scolaire.

Enfin les manifestants ont dénoncé le nombre d’élèves refusés cette année encore par le Service Public.

Cette mobilisation des personnels et des partenaires de l’Enseignement Agricole Public est une adresse forte au Ministre de l’Agriculture et aux différents Conseils Régionaux qui doivent entendre la colère et la détermination des personnels et redonner la priorité à l’enseignement agricole public.

Les personnels, avec l’Intersyndicale de l’Enseignement agricole public, attendent des réponses urgentes et ont déjà prévu de poursuivre leur mobilisation dès septembre 2015 si nécessaire.

Paris, le 2 juillet 2015
Le Bureau National du SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire