Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil du site > Dans les régions > Centre - Val de Loire > Région Centre : préavis de grève à (...)

Enregistrer au format PDF

Région Centre : préavis de grève à Tous-Fondettes

jeudi 26 janvier 2017

Enregistrer au format PDF
< Retour à la carte des régions

Objet : Dépôt de préavis de grève

Monsieur le Directeur Général,
Paris, le 20 janvier 2017

Par la présente, le SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire dépose, à la demande des Personnels de l’EPLEFPA EPLEFPA Établissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Tours-Fondettes, un préavis de grève pour le lundi 30 janvier 2017. Réunis en Assemblée Générale le mardi 17 janvier, les personnels ont été amenés à voter la grève à partir des deux constats suivants :

1. un malaise persistant au sein de leur communauté de travail, avec un nombre d’agents conséquents demeurant en mal-être, en dépit des démarches RPS RPS Risques Psychosociaux engagées et cela quelque soit le centre considéré.

2. un nombre de problèmes de fonctionnement et de communication significatifs, dont certains récurrents en dépit des engagements pris, comme des interventions des représentants des personnels que ce soit dans les instances de l’EPL EPL Établissement Public Local ou à titre syndical.

Au titre du mal-être au travail, des problèmes de communication et de prise de décision

 situations de mal-être au travail persistantes (avec une série de mutations et de démissions liées à ce problème de qualité de vie détériorée au travail), voire qui s’étendent en dépit de la démarche « qualité de vie au travail » amorcée, absence de bienveillance souvent relevée

 cas répétés d’usage de l’insinuation (« j’ai entendu dire », « vous dites des choses »...), du dénigrement (âge, compétences des collègues,...), du mépris (pour les difficultés rencontrées par certains agents, commentaires sur la santé), de la manipulation (agents montés les uns contre les autres), voire de la menace (« si vous n’êtes pas content changez de service ou demandez votre mutation », « il y en a plein qui attendent à la porte... »)

 transparence plus souvent affichée que mise en œuvre dans les faits (méconnaissance ou désintérêt quant aux missions de certains collègues, optimisation financière non prouvée qui écarte des orientations pédagogiques nécessaires sur les centres de formation)

 départs de collègues sans aucun message a minima pour les saluer (retraite, remplacement...), condamnation de l’EPL aux Prud’hommes consécutif au licenciement d’une collègue salariée d’exploitation, avec pour toute conclusion « j’ai joué, j’ai perdu » (déclaration au CA d’automne)

 non reconnaissance du travail et problèmes de confiance de la direction dans les équipes (réorganisation des horaires en filière PA, proposition de ventilation du M11 en filière Viti) ou de l’investissement d’agents dans des missions ou initiatives (du type Ferme Expo,...)

 non réponses à des sollicitations réitérées d’agents (groupe de suivi RPS, groupe communication EPL, invitation Festival Alimenterre...), problème de rigidité dans la prise de rendez-vous via le secrétariat (directeur et adjoint), refus de se tenir à une réunion de service a minima trimestrielle pour l’ensemble des ADL

 non réponses, ou réponses très partielles sur le plan réglementaire, aux personnels ADL concernant les incidences des locations de locaux de l’établissement sur leur service et leur quotidien de travail

 diffusion à l’ensemble des personnels de l’EPL d’une partie du courriel d’un collègue adressé au directeur de l’établissement

 manque de consultation des agents et/ou des instances (ex. schéma directeur) et décisions unilatérales (ex. stages sur l’exploitation prioritaires sur les évaluations, mutualisation du parc bus via le formulaire de réservation - le terme de « lycéens » ayant été remplacé par « apprenants »)

 volonté manifeste de forcer les décisions, indépendamment des instances, voire en se prévalant d’elles, en particulier sur la mutualisation des locaux, des services, des fonctions et des compétences en particulier (ex. projet vie scolaire, schéma directeur)
Au titre des dysfonctionnements

 problèmes de fiches de service non conformes aux référentiels (ex. pluri BTS BTS Brevet de technicien supérieur PH/GEMEAU) et de dotation horaire (heures faites et non payées), interrogations étonnantes concernant la manière de décompter les heures de pluridisciplinarité...

 déficit d’informations et de réponses en CI, comme dans les autres instances (ex. tableau de suivi de l’individualisation, conventions GAR / Teligo...)

 difficultés d’organisation (dossiers des élèves de classe de terminale partis sans appréciation d’ensemble, problème de transmission des résultats du bac S, modifications des calendriers de stage des élèves non lisibles, préparation des salons d’orientation à revoir,...)

 projets lancés non suivis ou « perdus de vue » par la communauté de travail (ex. fiches actions du projet d’établissement / plan d’action RPS / GAR – Groupe Adultes Relais), problème de soutien à des projets autres que ceux portés par la direction (ex. réinvestissement des 6 années d’expérience de la classe Prépa BEPA BEPA Brevet d’études professionnelles agricoles ...)

 expérimentations pédagogiques présentées comme innovantes dans les instances ou en dehors, mais le plus souvent sans consultation formelle des équipes, sans protocole de suivi et d’évaluation

 problème persistant de transmission d’informations nécessaires aux services entre la direction et la vie scolaire, avec des conséquences dans le suivi des élèves et un risque avéré de mise en difficulté des équipes

 problème de suivi des élèves en stage sur l’exploitation (mise à jour des plannings), incertitude réglementaire en lien avec le « club exploitation » (convention, encadrement)

 lettres de mission sans moyen ou avec des moyens en heures divisés par deux et sans retour d’expertise possible de la part des agents concernés
 tentatives récurrentes de contournement du protocole CFA CFA Centre de Formation d’Apprentis -CFPPA CFPPA Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole
(formation continue pour adultes)
, en dépit d’engagements réitérés (ex. calcul d’heures d’arrêt maladie remanié pour ne pas verser des heures dues), mesures comptables au détriment de la pédagogie (ex. durée et modalités des CCF CCF Contrôle Certificatif en cours de Formation mises en cause).

Nous comptons sur l’attention de vos services afin que cet établissement et sa communauté de travail puissent retrouver au plus tôt un fonctionnement apaisé.
Notre conviction est que la confiance ne pourra être restaurée qu’à la condition que des réponses adaptées, sérieuses et sincères soient apportées pour chacun des points soulevés par les Personnels. Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations distinguées.
Jean-Marie Le Boiteux, Secrétaire Général du SNETAP-FSU