Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Bac Pro : Lettre ouverte à Stéphane Le Foll

Bac Pro : Lettre ouverte à Stéphane Le Foll

vendredi 22 avril 2016

Enregistrer au format PDF

à Monsieur Stéphane LE FOLL Ministre de l’Agriculture,
de l’Agroalimentaire et de la Forêt
78, rue de Varenne
75037 PARIS 07 SP

Paris, le 22 avril 2016

Monsieur le Ministre,

Nous aurions tant aimé, vous rencontrer pour échanger avec les collègues du terrain (une centaine s’étaient déplacés) sur le bilan et l’avenir de la réforme de la voie professionnelle lors de notre colloque du 24 mars dernier, mais à notre lettre d’invitation du 12 février, vous ne nous avez répondu que le 23 mars par courrier pour nous faire part d’autres obligations. Une réponse qui nous est parvenue le 25...

Nous aurions tant aimé, qu’un bilan soit fait 5 ans après cette réforme du Bac Pro et que des améliorations soient apportées ... mais jamais vos services n’ont participé au moindre atelier ou groupe de travail mis en place sur le sujet par votre collègue de l’Éducation Nationale sur le premier trimestre de cette année scolaire.

Nous aurions tant aimé, à l’heure où l’on mettait en valeur le baccalauréat professionnel au Sénat (le 2 mars 2016) que l’enseignement agricole puisse aussi tenir sa place ... mais selon vos services, le Ministère de l’Agriculture n’a pas été informé de la tenue de ce débat - débat en séance publique de près de 2 heures, avec une expression de l’ensemble des groupes politiques représentés et une réponse de près de 40 minutes en tribune de votre homologue de l’Éducation Nationale... qui interpellée par une sénatrice sur l’Enseignement Agricole (7 minutes d’intervention dédiées) n’a pas été en mesure de répondre...

Nous aurions tant aimé, comme vous vous y étiez engagé, qu’au sein du Ministère de l’Agriculture un bilan, une analyse puisse être réalisée, fort d’un regard neutre, tant par le CGAAER CGAAER Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux. que par l’Inspection Générale de l’EN EN Éducation nationale ... mais en ce mois d’avril 2016, pour un engagement pris en 2014, vous avez du renoncer à cette approche conjointe. Un rapport du CGAAER CGAAER Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux

Ce Conseil a pour mission d’assister les ministres dans l’exercice de leurs attributions en participant à la conception, au suivi et à l’évaluation des politiques publiques qui concernent son champ de compétence.
est pour autant en cours, mais avec un rendu décalé de deux mois par rapport à votre commande initiale...

Nous aurions tant aimé, comme votre Conseillère à l’enseignement agricole s’y était personnellement engagée qu’une mise à plat des dispositifs d’individualisation soit réalisée – cela fait près de 4 ans que nous portons chaque année des propositions en ce sens sans qu’il n’y ait d’avancée, pas la moindre... mais cela n’a toujours pas été possible, la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche reconnaissant en CTEA CTEA Comité Technique de l’Enseignement Agricole avoir un mois de retard sur son planning ; c’était le 16 mars dernier, un mois de plus s’est écoulé sans qu’aucune date ne soit portée au calendrier depuis...

Nous aurions tant aimé, connaître les modalités de mise en œuvre pour l’Enseignement Agricole Public des annonces publiques de Mme VALLAUD BELKACEM concernant la seconde professionnelle (depuis confirmées officiellement dans la circulaire de rentrée 2016 de l’EN EN Éducation nationale ), que ce soit la suppression des CCF CCF Contrôle Certificatif en cours de Formation , que ce soit la possibilité de réorientation jusqu’en octobre (en utilisant l’application nationale Affelnet), ou encore la mise en place de la semaine préparatoire au départ en stage en entreprise (visant à renforcer la prévention et la sécurité au travail)... mais vos services ont considéré lors des instances officielles que cela ne concernait « pas vraiment » les élèves de l’enseignement agricole... un « rendez-vous avec la DEGESO étant toutefois envisagé » (sic).

Bref ...

Nous aurions tant aimé ... mais cela n’a pas été possible ...
Nous aurions tant aimé ... mais vous ne nous avez pas répondu ...
Nous aurions tant aimé ... mais vos services n’ont pas pu ou pas voulu être présents ... Nous aurions tant aimé ... mais vous n’avez pas considéré cela comme prioritaire
...

Alors, vous comprendrez sans doute aisément, Monsieur le Ministre, que nous ne pouvons accepter ces non-réponses, cette attitude, cette tendance velléitaire et laisser l’Enseignement Agricole Public, ses élèves, ses personnels, sa communauté éducative sans pilotage, et être de facto mis de coté des réflexions, des évolutions et des constats nécessaires pour un diplôme aussi important que le baccalauréat professionnel.

Ne voyant rien venir, comme vous le savez, le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire a lancé le 24 mars 2016, l’année du Bac Pro dans l’Enseignement Agricole Public, avec des universitaires, des enseignant-es, des personnels de vie scolaire, des personnels administratifs, des représentant-es de toute la profession agricole, des représentant-es des deux fédérations de parents d’élèves, des représentant-es des élèves, des membres du Comité de Défense et de Développement de l’Enseignement Agricole Public, afin de construire un bilan collectif de la réforme du Bac Pro 3 ans et des perspectives d’avenir pour la voie professionnelle, parce que les jeunes qui nous sont confiés le valent bien.

Nous poursuivrons notre réflexion dans les régions entre mai et octobre, pour aboutir à la fin de l’année civile à des propositions concrètes et constructives afin de redonner du souffle à cet enseignement professionnel, pour aider les élèves les plus en difficultés et répondre aux interrogations fortes du terrain.

Nous aurions tant aimé vous faire aimer le Bac Pro..., mais aussi et avant tout vous faire connaître les vraies difficultés qu’il rencontre actuellement... Nous ne renoncerons pas et allons continuer de nous y atteler... Soyez en, Monsieur le Ministre, persuadé.

Dans l’attente de réponses urgentes sur un certain nombre de questions (mesures prises par l’EN EN Éducation nationale et incidences pour l’EA, révision des dispositifs d’individualisation...) et de nous rencontrer comme convenu, suite à la remise du rapport du CGAAER, recevez, Monsieur le Ministre, cette lettre ouverte comme témoignage de notre engagement au service de l’Enseignement Agricole Public, de ses personnels comme de ses usagers.

Pour le Bureau National du Snetap-FSU
Jean Marie LE BOITEUX
Secrétaire Général Snetap-FSU