Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Les Communiqués > L’Intersyndicale maintient son mot d’ordre d’action !

L’Intersyndicale maintient son mot d’ordre d’action !

vendredi 6 juillet 2018

Enregistrer au format PDF

Mardi 3 juillet 2018, durant toute la matinée, l’Intersyndicale de l’Enseignement Agricole Public a bloqué le centre de correction des copies du BTSA BTSA Brevet de Technicien Supérieur Agricole GPN au lycée de la Canourgue (Lozère).
Les manifestant.es n’ont quitté les lieux qu’après avoir été délogés par la gendarmerie mais sans obtenir de réponses concrètes du Ministre de l’Agriculture malgré plusieurs échanges directs.

Dès 6 heures du matin, le mardi 3 juillet, à l’appel de l’Intersyndicale de l’Enseignement Agricole Public (Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire / CGT CGT Confédération générale du travail -Agri / SUD SUD Solidaires unitaires démocratiques Rural), une cinquantaine de personnes, scandant « Travert, tout va de travers ! », a bloqué l’accès aux plus de 1000 copies du centre de correction de la Canourgue pour dénoncer, une fois de plus, les réformes éducatives qui menacent l’enseignement agricole et les manques de moyens qui pèsent lourdement sur son fonctionnement et son avenir :

  • le projet de loi sur l’apprentissage qui menace notamment les CFAA publics et leurs personnels et le projet de réforme de la voie professionnelle initiale scolaire en cours de préparation à l’Education Nationale qui accompagnera la réforme de l’apprentissage,
  • le projet de réforme du baccalauréat, qui menace la place de la voie générale dans les lycées agricoles publics,
  • les problèmes de dotation pour préparer la rentrée 2018 dans plusieurs régions régions et les baisses de moyens annoncées pour la rentrée 2019 qui pourraient entraîner des suppressions massives de postes,
  • la possible fermeture du lycée agricole de Moissac (Tarn-et-Garonne) avec le transfert des formations vers le site de Montauban et la fermeture de la classe ULIS dès la rentrée de septembre.

Les militant.es ont échangé avec la centaine de correcteur.rices pour les informer des revendications portées et des risques qui pèsent aujourd’hui sur l’ensemble des établissements publics. La majorité des collègues a réagi favorablement à notre et action et une partie d’entre eux/elles envisageant de répondre à l’appel à la grève des examens lancé par l’Intersyndicale FSU – CGT – SUD.

Face aux revendications légitimes des personnels, le Ministre répond "en même temps" par la répression et par l’aveu de son impuissance sur l’air bien connu de : "j’voudrais bien...". Pour l’Intersyndicale, le refus de négociations du Ministère confirme la nécessité de la poursuite des actions dès la rentrée scolaire.

La Canourgue, le 4 juillet 2018

Portfolio