Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Outils militants > Les enjeux des élections professionnelles

Les enjeux des élections professionnelles

mercredi 1er octobre 2014

Enregistrer au format PDF

Les enjeux d’une année électorale dans les 3 Fonctions Publiques, avec un choix de représentants pour les 4 années à venir

{{}}

Le 4 décembre prochain, 5 millions d’agents vont voter dans les 3 versants de la Fonction Publique : État, Territoriale et Hospitalière pour 22 000 instances...

Tous les comités techniques :

Autant dire que le défi pour l’ensemble des organisations syndicales est majeur en matière de représentativité.

Le défi des différents ministères et des collectivités territoriales n’est pas moindre non plus : ils doivent faire en sorte que ces élections générales soient matériellement réussies.

Mais, au-delà de la réussite de l’organisation des scrutins ou des résultats eux-mêmes, il convient d’insister sur les enjeux principaux de ces élections professionnelles :

1er enjeu : la participation des personnels 2 ème enjeu : les orientations dont les représentants élus des personnels seront porteurs pour les 4 années à venir...

Les orientations du SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire sont claires et assumées :

{{}}

  • Défendre sans concession le service public
  • Défendre un enseignement gratuit et laïc,
  • Défendre le respect de nos missions, de nos statuts, de la réglementation et de nos usagers.

Nos objectifs à l’occasion de ces élections sont de :

  • Faire reculer l’abstention,
  • Conforter notre représentativité

au niveau national : CTM CTM Comité technique ministériel , CTEA CTEA Comité Technique de l’Enseignement Agricole , CAP, CCP
au local : CTREA CTREA Comité Technique Régional de l’Enseignement Agricole

Son rôle
, CT DIRM DIRM Directions Inter-Régionales de la Mer , CT régionaux pour les ATE ATE Agent Territorial des établissements et locaux pour les personnels du SUP,

  • Regagner les quelques sièges perdus, garder ceux acquis en 2011 et progresser encore en voix, afin de renforcer les positions de notre syndicat majoritaire et donc sa capacité à peser sur les choix des élus comme de l’Administration !

Ajoutons que pour notre fédération ,la FSU, il va s’agir de redevenir la première fédération de la Fonction Publique d’État

(en dépit du maintien du vote électronique à l’Éducation Nationale, qui avait pesé très lourd en 2011 en générant une abstention massive au sein de ce ministère clé en regard de son nombre d’agents publics)

et d’obtenir un siège au niveau du Conseil SUP de la Fonction Publique Territoriale (avec les conséquences afférentes en terme de représentativité affirmée, comme de moyens syndicaux).

De ce résultat dépendra aussi pour partie le poids de la FSU au niveau du Conseil SUP de la Fonction Publique.

Ainsi, afin de relever le défi, les 3 syndicats de la FSU, représentatifs dans la Fonction Publique Territoriale, à savoir :

Les personnels dépendant des conseils régionaux ont pu mesurer depuis leur décentralisation la qualité de représentation assurée par nos syndicats, leur renouvelant leur confiance depuis déjà deux scrutins...

Alors, le 4 décembre, il nous reviendra collectivement de « faire parler les urnes »... en gardant présent à l’esprit cette phrase du politologue français Bertrand de Jouvenel :

« Lorsque nous demandons où est la liberté, on nous montre dans nos mains nos bulletins de vote ».

A bon entendeur...