Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Les propositions de la DGER pour la voie pro - une copie à revoir

Les propositions de la DGER pour la voie pro - une copie à revoir

vendredi 17 février 2017

Enregistrer au format PDF

Compte-rendu du groupe de travail CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole – Rénovation Voie Professionnelle

Le mardi 7 février 2017, la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche présentait les orientations qu’elle propose de retenir pour la voie professionnelle, suite au rapport du CGAAER CGAAER Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux. sur l’évaluation de la RVP RVP Rénovation de la voie professionnelle (Rénovation de la Voie Professionnelle) et aux réunions de ce groupe de travail CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole (18 octobre et 29 novembre).

Le Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire était représenté par Thierry ARENZANA, Véronique AUBIN, Olivier BLEUNVEN, Frédéric CHASSAGNETTE, Gérard PIGOIS, Claire PINAULT.

En préalable des débats point par point, le Snetap-FSU a tenu à rappeler les critiques qu’il a portées dès la mise en œuvre de cette réforme et les demandes répétées pour qu’un bilan de cette réforme soit fait et que des corrections y soit apportées.

En cela l’analyse réalisée par le CGAAER CGAAER Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux

Ce Conseil a pour mission d’assister les ministres dans l’exercice de leurs attributions en participant à la conception, au suivi et à l’évaluation des politiques publiques qui concernent son champ de compétence.
et la tentative de correctif de la DGER étaient nécessaire mais arrivent certainement trop tard.

Il rappelle aussi que faute de réponse de l’administration, il a mené de son côté un bilan et un travail de réflexion tout au long de l’année 2016 avec les partenaires de l’Enseignement agricole public.

Il en a tiré 10 propositions essentielles pour la réussite de tous-toutes les élèves qui s’engagent aujourd’hui dans la voie professionnelle.

Fort de ces éléments, il affirme que les propositions de la DGER ne sont pas à la hauteur des attentes des familles, des professionnels et des équipes rencontrées lors de ces débats.

Il souligne que tout au long des échanges le manque de temps de formation a été soulevé par les différents intervenants d’où sa proposition principale d’un retour à un parcours de référence en 4 ans.

1 – Valoriser l’engagement citoyen des élèves et apprenti-e-s

La DGER propose de valoriser cet engagement au travers d’une épreuve optionnelle supplémentaire à l’examen du Bac Pro, afin de valoriser des acquis supplémentaires.

Si le Snetap-FSU n’a pas d’opposition de fond sur cette proposition et pense effectivement intéressant de réfléchir à cette valorisation de l’engagement citoyen. Pour autant il estime que des questions fondamentales se posent et que des précisions importantes restent encore à apporter pour garantir une évaluation juste qui profite à l’ensemble des élèves et apprenti-e-s.

Un travail avec les différents acteurs de l’EA doit être mené rapidement pour définir la notion « d’engagement citoyen ». Quel périmètre donne-t-on à cet engagement (dans l’établissement ou hors de l’établissement) ?

Si nous devions élargir l’expérience hors les murs de l’établissement, quel périmètre lui donnerait-on (engagement associatif, engagement politique, engagement confessionnel … et cet engagement aurait-il des limites : parti xénophobe ? association religieuse extrémiste ? …).

Si nous devions limiter l’expérience au sein de l’établissement : quels éléments faudrait-il prendre en compte (engagement dans des projets pédagogiques ?

Engagement dans des associations du lycée - ALESA, association sportive ?

Engagement dans des actions sportives - UNSS ? Engagement au sein des instances en tant représentant des élèves ou apprenti-e-s ?...).
Les expériences de mobilité internationale volontaire seraient-elles retenues ?

Une fois le périmètre fixé, il reste encore à déterminer le cadre de l’évaluation : quelle forme ? Evaluation orale – dossier ? Réalisation du projet … ? Avec quel jury ? quelle grille ? Quels critères, quelles capacités voire quelles compétences... ?)

Il apparaît évident qu’un cadre strict est nécessaire respectant les principes de laïcité avec une grille d’évaluation sans ambiguïtés.

compte rendu de la réunion du 7 février