Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Métiers > CPE > Carrière, rémunération, conditions de travail > Financement des Assistants d’Education : « enfumage » et/ou « contre-vérités » (...)

Financement des Assistants d’Education : « enfumage » et/ou « contre-vérités » !

lundi 19 janvier 2015

Enregistrer au format PDF

Nous avions déjà donné l’alerte suite à la présentation le 1er Octobre dernier du projet de budget du Ministère de l’Agriculture, où il avait été annoncé que le financement des postes d’Assistants d’Éducation se ferait au « coût réel » en 2015.

Le simple examen des chiffres présentés démontrait à contrario que ce ne pourrait pas être le cas cette année encore !

En effet si l’on divisait le montant global des crédits annoncés (28 816 923 ¤) par le nombre d’AE AE Assistant d’éducation
ou
Autorisation d’engagement
(1247 / 1165 + 82 créés en 2015) on obtenait un financement de 23109 ¤ par AE. Si ce montant est en effet supérieur à celui qu’il était dans le budget 2014 (21 309 ¤) il est encore loin de celui des AE du Ministère de l’Éducation Nationale qui prévoit 26 598 ¤ pour 2015.

Le « coût total employeur » 

Mais la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche persiste et signe par la voix de Philippe CUCCURU, sous directeur EDC, qui à l’occasion d’une réunion sur les dotations en personnels Vie scolaire et ATLS ATLS ( personnel) administratif, technicien, de laboratoire et de santé , a réaffirmé le 11 décembre que les AE seraient bien financés au « coût total employeur » (23 400 ¤ selon ses dires) à compter de Janvier 2015.

Certes il indiquait bien qu’il s’agissait de financer non pas 1247 postes mais seulement les 1165 existants en 2014 !
Mais même avec cette notable précision, le compte n’y est toujours pas !

En effet le coût total employeur ne s’élève pas à 23 400 ¤ mais à 25 709,28 ¤ comme peut le démontrer le simple examen de la fiche de paye d’un Assistant d’Éducation (voir doc. joint) soit un différentiel de 2309 ¤/AE/an qui resterait à la charge des établissements.
Ce différentiel peut même atteindre plus de 3000 ¤ dans le cas ou les AE peuvent bénéficier d’une indemnité de résidence qui porte alors le coût total employeur à 26 470 ¤/AE/an.
Il est également à noter que ces calculs ne tiennent pas compte de l’augmentation certes (très) modeste du SMIC SMIC Salaire minimum interprofessionnel de croissance horaire au 1er Janvier.

Un coût total employeur qui se « rapproche » très nettement du financement prévu et voté pour les AE de l’Éducation Nationale et dont le Sous-directeur des établissements, des dotations et des compétences, n’arrivait pas à s’expliquer l’écart toujours au cours de ce même groupe de travail du 11/12.

Le mirage des 82 postes supplémentaires 

Le montant total des crédits votés pour le 2015 (28 816 923 ¤) permettrait donc au mieux de financer 1120 postes au « coût total employeur » réel !
Soit l’équivalent de 45 postes de moins sur les effectifs 2014 (1165).

Quant à l’annonce de 82 postes supplémentaires, il se confirme ce qui nous avait déjà été dit lors de rencontre avec le Cabinet, à savoir qu’il n’avait jamais été question de les mettre à disposition des établissements mais que leur « création » avait seulement servi d’argument à la négociation de crédits supplémentaires auprès du Ministère du Budget.

Alors tentative « d’enfumage » ou « contre-vérités » distillées par notre ministère, le sujet du financement des Assistants d’Éducation que nous portons depuis de très nombreuses années est malheureusement toujours d’actualité.
Une chose est sûre, nous poursuivrons notre action et continuerons à être vigilants quant aux annonces qui peuvent nous être faites.

SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire /D.Revel/Janv. 2015