Accueil du site > Dans les régions > Grand-Est > LEGTA de Troyes Saint Pouange : blocage du centre de (...)

Enregistrer au format PDF

LEGTA de Troyes Saint Pouange : blocage du centre de correction.

Communiqué de l’intersyndicale.

mardi 25 juin 2019

< Retour à la carte des régions | Vers les articles de la région Grand-Est >

Ce 25 juin, les corrections du bac pro, au LEGTA LEGTA Lycée d’Enseignement Général et Technologique Agricole de Troyes ont été entravées par une vingtaine de personnes dans le cadre d’un préavis déposé par l’intersyndicale publique et privée de l’enseignement agricole. Des personnels de toute la Champagne-Ardenne, mais aussi de la Bourgogne, d’Ile de France et de Lorraine étaient à l’origine de cette action.

Auprès de collègues réunis dans l’amphi nous avons dénoncé les conditions pour la rentrée prochaine :

  • L’élévation des seuils de dédoublement des classes qui conduit à la tenue des cours dans des conditions d’insécurité des élèves et des collègues mais aussi à des situations pédagogiques difficiles.
  • La baisse drastique de la DGH DGH Dotation globale horaire qui entraine dans chaque établissement une gestion faussement autonome et qui remet en cause l’équité des diplômes. La spécificité de notre pédagogie est alors menacée !
  • L’absence de fléchage disciplinaire de la pluri est une conséquence de la réforme du STAV et provoque des tensions dans les équipes et nuit gravement à la pédagogie de projets.
  • Les emplois sont directement menacés, les contractuels sont en première ligne !

Le DRAAF DRAAF Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt adjoint, le chef du SRFD SRFD Services Régionaux de la Formation et du Développement ont été sommés de contacter le cabinet du ministre : la réponse de la directrice de cabinet du Ministre s’est limitée à celle de la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche .

L’écoute des correcteurs convoqués a été favorable, laissant ensuite place à un débat entre eux. Tous ont fait le constat d’une dégradation importante des conditions d’enseignement pour les années à venir. Quelques collègues, venus pour corriger sont partis du centre, grévistes et convaincus de la gravité de la situation.

Affaire à suivre…