Accueil > Les Dossiers > Vie fédérale > La souveraineté alimentaire sera paysanne ou ne sera pas

La souveraineté alimentaire sera paysanne ou ne sera pas

Tribune signée par un collectif d’associations

jeudi 14 mai 2020

Enregistrer au format PDF

Contre la dictature économique des marchés qu’impose l’agro-industrie, l’agriculture paysanne doit être protégée et reconnue d’utilité publique face à la crise sanitaire.

Tribune signée le 12 mai 2020 dans le journal Libération.


Des producteurs de légumes équipés de gants, dans le marché couvert d’Antibes, le 8 mars.
Photo Laurent Carré pour Libération

Pour lire le texte, cliquez ici.

Les signataires sont :
Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, l’association Abiosol, Khaled Gaiji, président des Amis de la terre France, Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac France, Sylvie Bukhari de Pontual, présidente du CCFD-Terre Solidaire, Fabrice Bouin, président Civam, Raphaël Bellanger et Virginie Raynal, co-président·e·s de la FADEAR, Alain Grandjean, président de la Fondation Nicolas-Hulot, Benoît Teste, secrétaire général de la FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire , Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France, Évelyne Boulongne, porte-parole du Miramap, Marie Pochon, secrétaire générale de Notre Affaire à Tous, Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France, Slow food France, Clotilde Bato, déléguée générale de SOL, Michel Vampouille, président de la Fédération nationale terre de liens, Françoise Vernet, présidente de Terre & Humanisme, Éric Beynel, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, Arnaud Schwartz, président de France nature environnement.