Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Nos Actions > Les Communiqués > Les personnels contraignent le Ministre à l’ouverture de négociations

Les personnels contraignent le Ministre à l’ouverture de négociations

vendredi 1er février 2019

Enregistrer au format PDF

Action des personnels au Comité Technique Ministériel : le CTM CTM Comité technique ministériel , prévu le jeudi 31 janvier 2019, ne s’est pas tenu, tout comme le CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole et la CAP CAP Commission administrative paritaire

C’est une instance de représentation et de dialogue de la fonction publique française.

Les CAP sont chargées d’examiner des situations individuelles, mais elles soumettent aussi parfois des motions à caractère collectif.
des PCEA PCEA Professeur Certifié de L’Enseignement Agricole la veille.

En effet devant la dégradation des relations sociales avec l’administration, les personnels sont venus exprimer directement leurs revendications auprès du Ministre de l’Agriculture. Ils lui ont signifié leur refus de la suppression de 50 postes dans l’enseignement agricole et des mesures envisagées pour compenser cette baisse des ETP ETP Équivalent Temps Plein , comme la suppression des seuils réglementaires de dédoublement et le recours à davantage de précarité.

Une trentaine de personnels des services du MAA et de ses établissements publics était présente pour témoigner de leur crainte de la dégradation du service public et de leurs conditions de travail : augmentation du recours aux contractuels, risque de non renouvellement de leurs contrats, obligation d’effectuer des compléments de service dans d’autres établissements, voire mutations dans l’intérêt du service.

Pour justifier sa politique, le Gouvernement présente le statut de fonctionnaire comme une somme de privilèges exorbitants et accumule les attaques sur nos salaires : retour du gel du point d’indice, non compensation de l’augmentation de la CSG, rétablissement du jour de carence, généralisation de la rémunération au mérite (RIFSEEP RIFSEEP Régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel ) qui est une injure à l’intégrité que nous portons dans nos missions. A tout cela s’ajoute l’augmentation de la cotisation retraite depuis le 1 janvier.

50 postes pour la rentrée 2019 ! Et après ?
Le gouvernement ayant annoncé un plan de suppression d’emplois de fonctionnaires sur 5 ans, c’est bien l’avenir des missions de notre ministère et en particulier de l’enseignement agricole public qui est en jeu !
La pénurie organisée conduit au moins disant éducatif. Le ministre se désengage et la suppression des seuils est un moyen pour lui de faire gérer la pénurie par les établissements et de justifier qu’on peut faire autant avec moins de moyens. Cela permettrait, de continuer à supprimer des postes.
Nous, représentant.es syndicaux, nous ne pouvons pas accepter cette proposition, synonyme de destruction de nos propres emplois et de détérioration de nos conditions de travail.

Grâce à la mobilisation des premières avancées ont été obtenues :

  • Première avancée, le ministre a enfin accédé à notre revendication de longue date de mettre en place, dès la semaine prochaine, un groupe travail sur la précarité dans la sphère ministérielle.
  • Seconde avancée, le ministre a consenti à rouvrir dès la semaine prochaine les débats avec les organisations syndicales, sur les recrutements et l’augmentation des effectifs dans l’Enseignement agricole, sans pour autant annoncer de moratoire sur les seuils de dédoublements. L’Intersyndicale a clairement signifié son refus d’une discussion qui aurait pour objet la gestion de la pénurie. Elle n’acceptera de négocier que des améliorations pour la communauté dans son ensemble, personnels et élèves..

Cette matinée a montré que l’action collective et la mobilisation des personnels permettent des avancées, et ce ne doit être qu’un début !

Poursuivons l’action, dans la rue et les manifestations dès la semaine prochaine.

Paris le 01 février 2019