Snetap-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public - Fédération Syndicale Unitaire

Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Réforme de la voie générale : suite des avancées...et des inquiétudes

Réforme de la voie générale : suite des avancées...et des inquiétudes

mercredi 2 janvier 2019

Enregistrer au format PDF

Une délégation du Snetap-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire a rencontré le 13 décembre dernier la sous-direction POFE POFE Politiques de Formation et d’Education (A.CROYERE, C.LONCLE) de la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche sur le sujet de la filière générale dans l’enseignement agricole public.

Une campagne de communication nécessaire ET urgente
Concernant la campagne de communication, la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche prévoit la production de clips vidéos sur le sujet mais elle serait centrée davantage sur les métiers. Nous avons rappelé l’urgence à communiquer spécifiquement sur le Bac Général dans l’enseignement agricole public alors que certains documents qui paraissent actuellement (publiés par l’ONISEP, Eduscol, quotidiens régionaux) contiennent des informations tronquées, erronées sur l’enseignement agricole.
Nous avons demandé que cette communication ciblée prenne aussi la forme de plaquettes distribuées dans les établissements. Le Ministère ne pourra se contenter de faire une communication grand public, généraliste au Salon de l’agriculture.

Une filière générale qui doit renforcer son attractivité
Nous avons rappelé notre volonté de continuer à inscrire la filière générale dans l’agroécologie en redemandant l’inscription de l’agronomie dans l’enseignement de spécialité Biologie écologie.
La DGER a rappelé, à cette occasion, son accord de principe pour que les établissements puissent proposer trois doublettes de spécialité en terminale. Elle produira dans les prochains jours une note de service qui précisera ce point.
Alors que certains établissements envisagent de demander 4 spécialités pour la rentrée prochaine (par exemple en proposant SES en plus des 3 spécialités scientifiques), la DGER a précisé que cela n’était pas prévu par les textes.

Concertation et moyens...la DGER doit faire beaucoup mieux pour conforter la filière générale
Alors que les programmes des enseignements facultatifs propres à l’EAP EAP Enseignement Agricole Public
ou
Emploi d’avenir professeur
(EATDD et AET sont en cours de réécriture et que les programmes seront connus fin janvier), la DGER nous a précisé que le programme de biologie-écologie lui était déjà écrit. Nous regrettons, par ailleurs vivement, qu’a priori, aucun collègue n’ait été sollicité pour écrire les nouveaux référentiels d’EATDD et d’AET (une option facultative qui devrait comprendre des enseignements de SES, d’ESC ESC Éducation socio culturelle , d’agronomie et d’histoire géographie).

Nous avons demandé, sans avoir de réponse, quels seraient les seuils pour les heures de groupe à effectif réduit en seconde, première ou terminale. Alors qu’auparavant, en seconde, les heures étaient attribuées sans seuil, nous avons demandé les raisons de ce changement… PAS DE REPONSE. Nous avons rappelé leur caractère indispensable car elles permettent notamment la pluridisciplinarité en EATDD, AET ou encore les dédoublements pour les TP en sciences ...

Nous avons demandé à ce que l’AET soit intégré dans la DGH DGH Dotation globale horaire obligatoire comme cela est le cas pour l’EATDD.

Poursuite d’études, des premières réponses
Concernant les poursuites d’études et notamment la question des attendus des formations dans ParcourSup, la DGER nous a précisé qu’elle porterait auprès de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur le fait que la spécialité biologie-écologie permettent les mêmes poursuites d’études que la spécialité SVT. Ainsi, la formation PACES , les prépas BCPST et même l’horizon sciences de l’ingénieur pourraient donc être accessibles à des bacheliers ayant suivi cette spécialité.