SNETAP-FSU

Syndicat National de l’Enseignement Technique Agricole Public

Accueil > Nos Actions > Les Communiqués > Rien ne peut justifier le maintien des épreuves terminales des examens (...)

Rien ne peut justifier le maintien des épreuves terminales des examens 2021

Communiqué FIDL, UNL, FCPE, SNETAP-FSU

mercredi 2 juin 2021

Enregistrer au format PDF


À quelques jours des premières épreuves terminales des examens 2021, l’incohérence de leur maintien se confirme. Pour la FCPE FCPE Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques , l’UNL UNL Union nationale lycéenne , la FIDL FIDL Fédération indépendante et démocratique lycéenne et le SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire leur remplacement par le contrôle continu n’est plus une option mais la décision que doivent enfin assumer les Ministres en charge de l’Éducation et de la Formation.

Après 2 années de formation fortement dégradées par la succession de périodes de confinement, de demi-jauge et de cours en distanciel et des conditions d’apprentissage inégales selon les régions régions et les établissements... les épreuves terminales ne peuvent plus à ce stade garantir l’égalité de traitement des candidat.es.

Après l’annonce ubuesque d’aménagements d’épreuves, de nouvelles modalités de passage des examens et des nouveaux calculs de moyenne des épreuves ni compréhensibles, ni justifiables... les épreuves terminales ne peuvent plus apporter la lisibilité nécessaire à la délivrance des diplômes.
Des aménagements qui semblent de surcroît n’avoir été pensés que pour la seule voie générale et technologique alors que la voie professionnelle (les CAP CAP Commission administrative paritaire

C’est une instance de représentation et de dialogue de la fonction publique française.

Les CAP sont chargées d’examiner des situations individuelles, mais elles soumettent aussi parfois des motions à caractère collectif.
et les Bac Pro) reste à la marge… et pire n’existent pas pour les BTS BTS Brevet de technicien supérieur  ! Comme si le Ministre de l’Éducation ne cherchait, au travers du maintien de ces épreuves, qu’à sauver sa réforme du Bac et en particulier du Grand Oral … épreuve fortement contestée depuis plusieurs mois – son homologue de l’Agriculture étant quant à lui parfaitement inaudible !

Enfin, sur le plan sanitaire, le contexte reste très fragile. Comment expliquer dans ces conditions que tout le travail et toutes les précautions imposées ces deux dernières années scolaires aux élèves et aux équipes soient balayées d’un revers de main par le maintien d’épreuves qui imposeront de fait un brassage des candidat.es sur les établissements et entre les régions... pour des épreuves dont les notes, pour certaines d’entre elles, seront « jetées à la poubelle » à l’issue des délibérations des jury.

Pour l’UNL UNL Union nationale lycéenne , la FIDL FIDL Fédération indépendante et démocratique lycéenne , la FCPE FCPE Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques et le SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire aucune des réponses apportées aux différentes questions ne justifient l’entêtement de ce Gouvernement.
Elles maintiennent et accentuent leur demande d’une neutralisation des épreuves d’examens terminaux et leur remplacement par du contrôle continu. Un position que nos organisations assument pour cette session 2021 contre leurs propres mandats. Nous sommes face à un mur, nous prenons nos responsabilités.

Paris, le 2 juin 2021