Accueil > Les Dossiers > Enseignement supérieur > Une mise en accusation de l’université irresponsable et inacceptable

Une mise en accusation de l’université irresponsable et inacceptable

Communiqué de presse du SNESUP-FSU

vendredi 23 octobre 2020

Enregistrer au format PDF

Le SNESUP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire condamne avec fermeté les propos irresponsables de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation Nationale, le jeudi 22 octobre lors d’une émission radiophonique.

Les invectives et accusations gratuites à l’encontre d’un parti politique ou d’une organisation syndicale relèvent d’une intention polémique qui n’est pas de mise alors que nous devons toutes et tous faire preuve de discernement et de sang-froid et nous rassembler pour défendre les valeurs et les institutions de la République.

Que dire alors de son attaque contre l’université française associée à une « complicité intellectuelle avec le terrorisme » et accusée d’être ravagée par « l’islamo-gauchisme » ?

Le SNESUP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire ne peut accepter qu’on manie l’amalgame par une expression fourre-tout pour diviser et stigmatiser l’ensemble des collègues attaché·es à juste titre à la liberté d’expression. Le SNESUP-FSU dénonce l’extrême violence de ces sous-entendus pour les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

L’université doit rester un lieu d’émancipation et de libre confrontation des idées, n’en déplaise à Jean-Michel Blanquer : ce n’est qu’à cette condition qu’elle pourra continuer à produire des connaissances scientifiques et des savoirs et contribuer à la formation de toutes et de tous. ■

Paris, le 23 octobre 2020