Accueil > Les Dossiers > Pédagogie > Des menaces qui planent toujours sur le BTSA

Des menaces qui planent toujours sur le BTSA

jeudi 19 décembre 2019

Enregistrer au format PDF

Le 27 novembre dernier a eu lieu le 2ème groupe de travail issu du CNEA CNEA Conseil national de l’enseignement agricole concernant la refonte du règlement général du BTSA BTSA Brevet de Technicien Supérieur Agricole .
Lire le compte rendu du 1er GT.

Un GT avec un statut particulier

Ce groupe de travail s’est tenu dans un environnement particulier...très difficile pour les représentant.es des personnels. Les documents présentés uniquement en séance (voir les documents ci-dessous) comportaient de substantielles modifications par rapport à ceux présentés lors du 1er GT. Les propositions de la DGER DGER Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche sur les modifications réglementaires n’avaient pas reçu d’avis du service des affaires juridiques du Ministère.
De plus, nous avons précisé avoir du mal à comprendre le statut de ce GT et son utilité puisqu’en parallèle de celui-ci la CPC (Commissions Professionnelles Consultatives) a déjà rendu un avis favorable sur le BTSA Viticulture...comment comprendre qu’on puisse valider un référentiel professionnel d’un diplôme dont on discute encore du règlement général ??? De la poule...et de l’œuf...

Un calendrier accéléré ?

Alors que la DGER souhaitait présenter ce nouveau projet devant le CNEA (du mois de décembre), sur la demande du SNETAP-FSU FSU Fédération Syndicale Unitaire , son passage en CNEA ne se fera qu’en février. Mais la DGER a d’ores et déjà prévu des stages de formation à la seule destination des Directeur.ices d’EPL EPL Établissement Public Local ...et deux seulement au printemps 2020 afin de préciser les modalités de mise en œuvre...du BTSA semestrialisé.
Enfin la DGER, nous a précisé qu’un arrêté et une note de service (concernant les autres parties de la rénovation de ce diplôme) seraient publiés en 2020.
La phase de concertation pour les deux BTSA rénovés en 2020 sera une nouvelle fois limitée à une portion congrue, quelques semaines début janvier.

Rester ambitieux pour ce diplôme phare de l’enseignement agricole reconnu par les professionnels et permettant la poursuite d’études

Afin de rester ambitieux, de garder une valeur professionnelle reconnue à ce diplôme de technicien.ne, nous portons le principe d’une note plancher moyenne de 10 pour les épreuves professionnelles (E4 à E8) nécessaire pour l’obtention du diplôme. Nous avons soutenu également le maintien du nombre de semaines de stage en entreprise/organisme.

BTSA tout CCF CCF Contrôle Certificatif en cours de Formation versus BTSA avec épreuve terminales

Il est aujourd’hui nécessaire de préciser et nommer clairement cette réforme. Cette réforme n’est pas une semestrialisation du BTS BTS Brevet de technicien supérieur (car la conduite pédagogique en semestre en BTS ou ailleurs existe déjà) mais bien le passage au tout CCF à la suppression des épreuves terminales nationales, à la casse du caractère national du diplôme.
Au delà de notre opposition à cette réforme, nous rappelons que malgré les engagements d’aujourd’hui de la DGER (celui de laisser le choix aux équipes de choisir entre BTS tout CCF et BTS avec épreuves terminales)...Nous ne croyons pas que ce choix laissé aux établissements le sera très longtemps...en clair que cette réforme soit imposée. En effet, au regard du différentiel de coût entre un examen gratuit par le CCF et un examen avec des épreuves terminales coûteuses mais aussi de l’idéologie actuelle du Ministère...le choix sera rapidement fait.
Dans la même logique, la DGER (suite au 1er GT) a proposé l’ajout de possibilité de rattrapage pour 2 ECCF, au cours de la formation mais seulement pour le BTS tout CCF...C’est une inégalité inacceptable entre candidats selon les modalités d’organisation du BTSA que nous avons dénoncé et demandons à SUPPRIMER.

De la difficulté de rénover ce BTSA

Alors qu’aujourd’hui près de 180 classes sur 600 de BTSA sont conduites avec 2 sections, nous avons rappelé les importantes difficultés qui vont se poser pour une réforme qui va s’étaler sur plus de 4 années. Ainsi pour des étudiant.es d’une même classe mais de sections différentes, les cours seront communs pour préparer les épreuves différentes en E1, E2, E3, ... pendant la période de transition.

De plus, suite à la réforme PÉNICAUD, et la possibilité d’entrer en formation ( par la voie de l’apprentissage) tout au long de l’année, nous considérons qu’il sera très difficile de mettre en place ce BTS tout CCF et d’organiser le plan d’évaluation pour ces étudiant.es-apprenti.es.

Une réforme qui ne pourra pas se faire à DGH DGH Dotation globale horaire constante

Compte tenu de l’organisation envisagée et malgré les affirmations de la DGER, cette réforme ne pourra se faire à enveloppe constante (sauf à choisir pour la DGER de fermer des sections, de baisser des seuils…). En effet, compte tenu de la nouvelle organisation pédagogique et du contenu à enseigner pour certaines disciplines (exemple des E4 mathématiques et TIM contextualisés qui seront donc différents selon les options), les classes à deux sections consommeront une DGH supplémentaire à aujourd’hui.
Ce sera également le cas pendant la période de transition entre toutes les rénovations des options.

Ce que porte le SNETAP-FSU

  • la nécessité d’associer les personnels et leurs représentant.es dans cette réforme :
    =>par l’invitation des représentant.es des personnels aux différentes CPC (commission professionnelle consultative),
    =>par la consultation électronique, avec un temps nécessaire pour répondre, des personnels concernés.
  • le refus du BTSA semestrialisé qui porte mal son nom...le refus du BTSA évalué uniquement par CCF. Nous rappelons notre attachement à un diplôme national avec des épreuves terminales ponctuelles.
  • la DGER devra prendre en compte le surcoût (en DGH) induit par la réforme sans diminution de seuil et de fermeture de section.
Pour le SNETAP-FSU,
Marie-Laure CHOMEL,
Jean-Marc CARPENTIER,
Émile BASIN,
Thierry ARENZANA,
Yoann VIGNER,
Gérard RICHARD

En pièces-jointes :